4 La rénovation urbaine de la ville

 

LE PARISIEN sous la plume de CHRISTINE MATEUS | l

 

Une initiative que nous souhaitons voir se reproduire à Fontenay-sous-Bois y compris pour les crèches municipales

  

Ce n’est pas une simple crèche mais un cocon protecteur. A Créteil, la crèche écolo 1,2,3 Soleil a ouvert ses portes à 39 bambins dont les parents travaillent au rectorat de Créteil, à l’Upec (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne) ou sont salariés de Valeo. Une crèche interentreprises-collectivités qui a la particularité de protéger les enfants des diverses pollutions auxquelles ils sont soumis quotidiennement.


C’est la première fois que le gestionnaire — 1,2,3 Soleil — s’installe en Ile-de-France. Implanté dans le Nord depuis 2004, il gère aujourd’hui une quinzaine d’établissements en France. Une prochaine ouverture est prévue au printemps prochain, à Colombes (Hauts-de-Seine).
Peintures écologiques, linoléum naturel pour le sol, plafond à base de laine de bois, air recyclé… Les 750 m2 de la crèche ont un petit air de chalet où les enfants déambulent dans un environnement sain et douillet. La gestion quotidienne de la crèche va également dans ce sens avec des turbulettes en coton bio (vêtement pour bébé qui est porté pour dormir), des biberons sans phtalates ni bisphénol A ou encore des couches-culottes écolos jetables.
 
L’équipe porte aussi une attention toute particulière à l’alimentation des enfants. Ainsi, les repas sont composés à 20% de produits issus de l’agriculture biologique et à 80% de produits frais, de saison et labellisés.
« Dans le Nord, nos crèches sont 100% bio mais c’est plus compliqué à réaliser en Ile-de-France », explique le gestionnaire. « En réalité, nous allons un peu au-delà des 20% de produits bio puisque nous avons obtenu de l’entreprise qui nous livre les repas que les laitages soient aussi issus de l’agriculture biologique.
C’est l’entreprise API qui s’occupe de cela. Elle nous livre à froid mais nous n’utilisons pas de micro-ondes, seulement des fours à vapeur », précise Josiane Koné, la directrice de la structure.
Alimentation toujours, dans le bureau du pédiatre, un fauteuil de relaxation est à la disposition des mamans qui ont choisi d’allaiter tout en continuant à travailler. Morgan, 14 mois, est manifestement conquis par l’espace de jeux qui lui tend les bras.
« Je n’avais pas posé l’écologie et le bio comme condition pour faire garder mon enfant mais c’est un énorme plus. A vrai dire, la priorité était déjà de trouver une place. Jusqu’à maintenant, c’est ma mère qui s’occupait de mon fils. C’est un soulagement pour nous tous », ajoute sa maman, Arielle, qui travaille au service financier de l’IUT Créteil-Vitry.

« Nous cherchions à nous développer en Ile-de-France et nous savions que le rectorat de Créteil avait des besoins. A eux seuls, ils ont pris 25 berceaux. Toutefois, la capacité de la crèche va jusqu’à 52 places et nous envisageons de l’augmenter jusqu’à 60, peut-être dans un an », annonce Edouard Meunier, responsable régional 1,2,3 Soleil.
 
La crèche propose différents accueils : régulier, occasionnel et d’urgence pour répondre aux spécificités horaires des parents. Pour les familles, le coût, facturé en fonction des heures de présence, est identique à celui d’une crèche municipale.

 

en savoir plus sur 123 soleil :