Intervention de Laurence Abeille lors des voeux 2012 d'Europe Ecologie Les Verts fontenay sous bois

Publié le par Europe-Ecologie - Les Verts de Fontenay-sous-bois

94-Laurence Abeille EE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Bonsoir à toutes et tous,

Nous avons la chance à Fontenay sous Bois de vivre dans une ville de gauche.
Et ce soir, des militants des diverses forces de gauche viennent partager cette soirée, je les en remercie, merci aux militants socialistes, du Front de gauche, merci aux militants écologistes.

On essaie ici d’atténuer autant que possible la politique de la droite.
Mais notre député est de droite, et même de la droite dite « populaire », la droite dure.

La droite qui expulse, qui malmène les plus pauvres, les étrangers.

Je n’en peux plus de ces politiques, je crois que nous sommes ici nombreux à partager cela.

La raison de mon engagement, de ma candidature à l’élection législative, trouve ses racines dans la lutte contre le racisme, contre l’injustice, contre la ségrégation.

Ça remonte à loin, j’ai milité contre les idées du Front national, puis adhéré aux Verts, convaincue que l’écologie politique portait la question de la justice sociale dans ses fondements. Et parce que je me suis toujours intéressée au monde, à la planète, à la question de la pénurie des ressources naturelles, des guerres pour l’accès à l’eau, au pétrole, au gaz. Je suis convaincue que les idées que nous portons sont essentielles à l’avenir de l’humanité.


Je me présente parce que je crois qu’il est possible de transformer la société, d’agir sur notre environnement.

Beaucoup de gens ne croient plus en la capacité de la politique à faire bouger les choses.

Pourtant, c’est bien la politique qui a permit ce que nous subissons aujourd’hui. La politique de Sarkozy, et nous avons de bonnes raisons d’espérer sa défaite dans quelques semaines.

Oui, je crois que l’action politique peut changer la vie, en mieux !


Mais il ne suffit pas de dire que nous voulons battre la droite, il faut parler, débattre, de la société que nous voulons construire.

Evidemment, je ne vais pas vous parler de tout, on aura le temps dans les semaines qui viennent.

Pourtant, un sujet me semble rassembler l’essentiel des problématiques, c’est la question du logement.

Même si on est sans emploi, on doit avoir la sécurité d'un toit. C'est vital. Le droit au logement n'existe pas en réalité. On le voit a Fontenay ou environ 1700 personnes sont en attente d’un logement social.

Il manque de logements, et ils sont trop chers. La justice sociale, c’est par exemple encadrer les loyers.

Et le logement c'est aussi la question de la santé. De plus en plus de gens n’ont pas les moyens de bien se chauffer. Les logements se dégradent. Et ce sont les problèmes de santé qui apparaissent. Ça se passe ici, à Fontenay, j’ai reçu des personnes qui vivent dans des conditions indignes et dangereuses.

Le logement décent, c’est de l’emploi non seulement pour bâtir, mais aussi pour rénover. Car les gaz à effet de serre, qui contribuent au réchauffement climatique, proviennent pour une grande part des bâtiments. Mais la facture de chauffage ne cesse de grimper, et en France, 3,5 millions de personnes déclarent avoir froid chez eux. 4 à 5 millions de familles subissent la précarité énergétique, c’est à dire qu’elles dépensent plus d’un dixième de leurs ressources en factures d’énergie. Les prix ne cessent d’augmenter, nous le vivons tous. La rénovation thermique des logements est un enjeu majeur, pour le confort et la santé, pour lutter contre le dérèglement climatique, pour consommer moins d’énergie. Ce sont des centaines de milliers de logements qui vont devoir être rénovés, ce sont donc des milliers d’emplois, et bien sûr, des formations adaptées.

La transition énergétique, nécessaire pour protéger notre environnement et préserver les ressources naturelles, est aussi un levier très important pour la création d’emploi.


Mais le logement est aussi lié à la question des transports et plus généralement à la question de la proximité des lieux où l’ont vit avec les lieux ou l'on travaille, avec les lieux ou l'on se détend, le cinéma, la musique, le sport, la proximité avec les magasins, et bien sûr avec les services publics nécessaires, la poste, les médecins, les écoles....

Pour une grande majorité de gens, la vie quotidienne est rythmée par les déplacements logement – travail. Dans des conditions vraiment difficiles. Des logements de plus en plus éloignés des lieux de travail, ce sont non seulement des vies impossibles, mais des dépenses de plus en plus élevées. Sans parler des pollutions, qui rendent invivables de nombreux quartiers.

Repenser l’aménagement du territoire pour améliorer notre quotidien, c’est un sujet primordial pour mieux vivre.


La politique peut et doit agir.

Or l'état s'est désengagé des financements dans de nombreux domaines. Juste pour donner un exemple qui nous concerne, les études pour le prolongement de la ligne 1 du Metro devaient être cofinancées par l'état, eh bien non, c'est la région qui va devoir assumer a 100%.

Pour le logement, les services publics de proximité, la formation, et j’en passe, la politique de la droite a été dictée non pas par l’intérêt général mais par la logique des marches financiers.

Le résultat, nous le voyons autour de nous. Nous le vivons tous les jours.


Nous refusons la dictature des marchés financiers. La dictature des lobbies.


Je refuse que ceux qui ont 20 ans aujourd’hui voient l’avenir en noir.

Quand j’étais jeune, il y avait de la pauvreté bien sûr, mais pas cette désespérance de la jeunesse. On croyait à un avenir meilleur.

Plus aujourd’hui.

Je veux dans cette campagne électorale redonner espoir, débattre du projet, convaincre qu’il est possible de changer notre société et vivre mieux. Combattre le fatalisme qui souvent prend le dessus.


Ma candidature est soutenue par EELV et le parti socialiste, dans le cadre d’un accord national. Socialistes et écologistes rassemblés, nous pouvons changer le court de l’histoire de cette circonscription.

Je suis prête, grâce à mon expérience d’élue et de militante.

Ensemble, nous pouvons gagner, et participer à une large majorité de gauche a l'assemblée nationale.

Chaque voix va compter, la campagne commence maintenant, je suis déterminée, je suis prête à être en juin prochain votre députée.

Je suis prête, pour battre la droite, pour construire une société de justice, d’égalité, pour redonner le pouvoir à la politique face aux marchés, pour évidemment protéger notre planète, protéger l’humanité contre ceux qui la détruisent. Et je voudrais qu’on se souvienne ce soir que c’est la date anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz.


Merci encore à vous tous, élus, militantes et militants associatifs, amis, d’être présents ce soir.

Merci à Fabienne Bihner, qui anime le groupe EELV de Fontenay et à toute l’équipe qui a préparé cette soirée.

Merci à Jean Desessard, sénateur de Paris de nous faire l’amitié de sa présence.

Et je remercie tout particulièrement et très chaleureusement Esther Benbassa, notre sénatrice écologiste du Val de Marne, d’être avec nous ce soir.


Je nous souhaite une très heureuse année, avec la victoire de la gauche et des écologistes !

Publié dans Fontenay sous bois

Commenter cet article