Dépêches et interventions sur Fontenay-sous-Bois

         

anne marie xambeu

 

 

 

 

 

   Anne Marie Xambeu,

   Conseillère municipale déléguée aux circulations douces      et transports locaux 

 

   Groupe des élus Europe Ecologie – Les Verts

 

  

Pour un réseau de transports publics collectifs au service des populations

 

 Deux grands projets de transport en Ile de France s’affrontent lors des débats publics: le projet du Grand Paris (Grand Huit) soutenu par le Gouvernement et le projet Arc Express (Orbival) soutenu par la Région Ile de France.

Ces projets présentent des visions contradictoires de notre région et sont inconciliables, même si des rapprochements de tracé peuvent apparaître.

Le projet du Grand Paris fait le tour complet de l’Ile de France pour un coût de 23 milliards d’Euros sans que son financement ait été prévu. Il vise à relier les pôles d’excellence, les quartiers d’affaires, les Universités de prestige, les aéroports.

Le projet Arc Express propose une mise en service par arcs successifs, le premier arc étant celui du Val de Marne (3 Milliards) et le second celui du Nord-Ouest (2,3 Milliards).

Arc Express a comme objectif de désenclaver le territoire de l’Ile de France, répondre aux besoins de déplacements quotidiens des populations, diminuer les distances domicile-travail afin de rééquilibrer les territoires par un maillage de dessertes fines.

L’Ile de France est une région qui concentre en effet de très grandes inégalités économiques et sociales entre les territoires qui la composent. Les transports collectifs y sont de plus en plus inadaptés ou à bout de souffle et ne répondent plus aux besoins. La situation est aujourd’hui catastrophique pour les habitants de la petite et de la grande couronne.

Contradictoires dans leur objectif, ces projets le sont dans leur déclinaison.

Le projet du Grand Paris propose un maillage large des territoires: 40 gares sur l’ensemble du tracé espacées de 2 à 13 km avec quasiment pas de correspondances.

Arc Express propose un maillage plus fin du territoire avec des gares plus rapprochées (distantes de 1 à 1,5 km). L’implantation des gares permet des correspondances systématiques et nombreuses avec les autres réseaux de transport (réseaux lourds, bus…). Ce maillage fin servira autant à la petite qu’à la grande couronne.

La technologie d’Arc Express permet une compatibilité avec le transport du fret (sur roulement fer), ce qui n’est pas le cas du projet du Grand Paris(sur roulement pneux). Or le transport des marchandises de nuit par fer devient de plus en plus indispensable.

Pour ces raisons et dans l’état actuel des projets, les élus du groupe EE-Les Verts défendent le projet Arc Express avec l’option nécessaire d’une double boucle à l’Est et le passage par Val de Fontenay.

 

 

Ils soutiennent aussi le prolongement de la ligne 1 jusqu’à Val de Fontenay. Afficher l'image en taille réelle

 

 

 

 


 

 


Convention Equitess : Intervention de Pierre Viénot au Conseil Municipal du 16 décembre 2010
Publié le: 17 décembre 2010

 

pierre viénot

 

 


    Pierre Vienot,

   Conseiller municipal délégué à l’économie de proximité              et solidaire
   Groupe des élus Europe Ecologie – Les Verts

   

 

Convention avec le collectif Equitess.
Trois projets pour l’économie sociale et solidaire.

 


Monsieur le Sénateur-Maire, cher(e)s collègues, chers concitoyens,

La Ville de Fontenay-sous-bois, en créant il y a deux ans une délégation à l’économie de proximité et solidaire, a voulu s’engager résolument dans le soutien aux activités économiques qui n’ont pas pour seule perspective le gain financier et la domination des possédants sur ceux et celles qui ne possèdent pas.

L’économie sociale et solidaire développe la bonne dimension de l’économie : celle qui par la création de biens et de services est utile au bien collectif, et assure la coopération, l’échange et la reconnaissance de l’utilité de chacun.

C’est peu dire que notre modernité qui valorise tant le narcissisme et la cupidité a besoin de cette logique généreuse, désintéressée et solidaire.

Nous avons la chance à Fontenay-sous-bois d’avoir des acteurs de la société civile qui depuis des années s’engagent à la frontière du bénévolat et de l’activité rémunérée afin de développer les initiatives dans ce domaine. Ces initiatives sont nées et se poursuivent pour la plupart dans le quartier dont les conditions de vie sociales et économiques sont parmi les plus difficiles.

Au moment où la Ville va signer avec le collectif des huit associations « Equitess » une convention qui nous engage à le soutenir au cours des trois prochaines années, qu’il me soit permis de saluer le dévouement, le courage et la persévérance de celles et ceux qui le font vivre.

Par cette convention qui couche noir sur blanc le travail de coopération que nous menons depuis des années, la Ville attend de ces associations, en contrepartie des moyens qu’elle met à leur disposition, des actions de promotion et de soutien des actions d’économie sociale et solidaire qui confèrent à ce collectif une véritable mission d’intérêt général. A titre d’illustration ces associations ont créé 13 emplois au cours des trois dernières années.

D’autre part, les citoyens et citoyennes de Fontenay-sous-bois nous sollicitent de plus en plus nombreux afin que nous les aidions dans leurs initiatives d’économie sociale et solidaire. Ces actions sont de véritables créations, intervenant sur des besoins nouveaux ressentis par la population, notamment dans le domaine du développement durable.

C’est à cette fin que nous avons créé au début de cette année à l’occasion du budget 2010 une structure nouvelle, le « Fonds de développement des initiatives en matière d’économie sociale et solidaire », dont la vocation est d’accueillir et d’encourager les projets naissants en fournissant à leurs initiateurs les moyens financiers leur permettant de pouvoir se consacrer à leur lancement.

Nous encourageons cette année trois projets, dont deux seront localisés sur le Plateau : l’un portant sur la production de miel à Fontenay-sous-bois, le second sur la création d’une cuisine associative, et la troisième d’une épicerie associative. Ces trois projets s’inscrivent dans le champ du développement durable, en privilégiant les producteurs de l’agriculture biologique et solidaire, les circuits courts et en permettant la création d’emploi ( cinq au total ) non délocalisables et destinés à des Fontenaysiens et Fontenaysiennes. Ils permettront à terme une animation de la vie associative qui concernera autour de ces activités plusieurs centaines de nos concitoyens et concitoyennes.

 

 

Pour en savoir plus sur le collectif Equitess, cliquez sur le logo ci-dessous :

Equitess


 


 

 

 


 Afficher l'image en taille réellePar : C.Dubois  - NOGENT CITOYEN

Suite à l’arrêté anti-mendicité pris par le maire de Nogent sur Marne en raison de l’hébergement de personnes sans domicile fixe par le Fort de Nogent (situé à Fontenay sous Bois), une délégation Verts Europe Ecologie, composéeAfficher l'image en taille réelle notamment du sénateur Jean Desessard et de la représentante locale Annie Lahmer, s’est rendue lundi dernier (27 décembre 2010) au Fort de Nogent  pour rencontrer les responsables du foyer géré par l’Armée du salut. « Nous avons rencontré l’équipe d’encadrement qui compte plus d’une quarantaine de personnes ainsi que les représentants du Conseil de la Vie Sociale (composé de résidents élus) nouvellement mis en place.

 

Depuis cinq ans, le centre accueille 160 résidents chaque hiver – hommes et femmes, jeunes et moins jeunes (le plus âgé a 80 ans) – quelles que soient leurs difficultés. Cette année, le centre a ouvert le 1er décembre et jusqu’à fin mars 2011 (au lieu de mi-octobre à fin mai). Il est à noter qu’en cinq ans, aucun incident survenu sur la voie publique n’est à imputer aux résidents du centre, d’autant que les commissaires de Fontenay-sous-Bois et de Nogent-sur-Marne entretiennent des relations privilégiées avec les responsables de l’Armée du Salut. Nous avons également constaté la présence de plus en plus de jeunes et de salariés. N’oublions pas que malgré le suivi social , à la fin de l’hiver, la plupart des résidents retourneront dans la rue : à quand la mise en œuvre d’une véritable politique contre les exclusions ? », pointe Annie Lahmer.

 

  

ARMOIRIE DE FONTENAY SOUS BOIS